top of page

Le Horla

seconde version, la plus longue, contée à la virgule près
Le Horla2.jpg

Interprétation de la seconde version de la nouvelle de Guy de Maupassant, adaptée pour être plus accessible au jeune public, contée à la virgule près.

​La distance entre le narrateur et le lecteur de ce journal intime n’existe plus, ce qui permet au comédien-conteur de jouer sur cette limite fragile, accentuant l'effet d'inquiétante étrangeté qui est l'essence même du récit.

« Quelqu’un possède mon âme et la gouverne… lit-il ? ou bien dit-il ? » Le personnage se trouve emporté malgré lui et devient l’entité dont il essaie vainement de s’échapper.

Guy de Maupassant, après avoir écrit cette nouvelle, avait confié à son valet de chambre :

« J’ai écrit un texte qui va faire trembler tout Paris ».

Après une heure trente d'un spectacle sobre et maîtrisé, joué à flux tendu, la tension intérieure du personnage est à son comble et le récit bascule dans le passage à l'acte.​

Jouer ce spectacle vivant devant des classes de 4e est une véritable gageure que l’acteur maîtrise avec un savoir-faire pédagogique et naturel.

« Après avoir joué le Horla, je sors... liquéfié ! C'est peut-être cela qu'on appelle le don de soi ! » dit lui-même Jacques Masson, conteur, qui a donné des centaines de représentations du Horla depuis sa création.

Horla spectacle.jpg

Choix des extraits par Nadja Viet Halik et Jacques Masson.

Durée du spectacle, débat inclus : 2 heures à 2h15 selon l’emploi du temps possible

Classes de 4e et du Lycée

Le Horla1.jpg
bottom of page