Début de Ulysse et les Cyclopes Chant IX de L'Odyssée d'Homère
(adaptation de Nadja Viet Halik et Jacques Masson)

« On m’appelle Ulysse
- l’astucieux,
- l’ingénieux,
- le rusé et ma gloire touche le ciel.
Fils de Laërte,  je suis roi d’Ithaque, une île rocheuse dominée par une montagne, qu’on appelle le Nérite aux arbres battus par les vents.
Je ne sais rien de plus beau que ma terre bien-aimée, celle qui sort de la mer du côté de la nuit et donne le jour à de fidèles guerriers.
Je suis Ulysse l’endurant, le seul survivant de la Guerre de Troie.
Mon plus grand désir est de rentrer chez moi, sur ma claire Ithaque, car rien n'est plus doux que la patrie pour celui qui, loin des siens, habite même une riche demeure sur une terre étrangère.
Et voyez, même les déesses n’ont pu me retenir !
Telle, Calypso aux belles boucles, la nymphe de la Mer, ou Circé, fille du Soleil, la magicienne !
Oui, je reviendrai un jour sur mes terres !
Mais laissez-moi vous conter ma fulgurante aventure depuis mon départ de Troie.
Zeus, dieu des dieux, voulait m’éprouver et m’éloigna des terres connues.
Le dieu des vents poussa loin notre navire, jusqu’à la terre des Ciconiens, à Ismaros.
Là, avec mes hommes, je dévastai la ville et j'en tuai les habitants.
Nous pillâmes les demeures, emportâmes avec nous femmes et richesses, pour les partager afin que personne ne reste privé de butin.
Je donnai l’ordre de fuir ; mes hommes ne voulurent rien entendre, tout occupés qu’ils étaient à boire le vin en abondance et à sacrifier les troupeaux de laineuses brebis et de bœufs noirs...